ADN, polymères et big data

 

Colloque ADN, polymères et big data

Le 26 octobre 2020 

 

Lire, écrire, stocker l'information engendrée par l'humanité se présente comme un redoutable défi, au-delà de 2040.

Les centres de données, incluant les infrastructures dématérialisées (cloud), stockent les mégadonnées numériques (big data) de l'humanité sur des supports (disques durs, bandes magnétiques...) dont la durée de vie limitée oblige à de dispendieuses recopies tous les 5-7 ans. Ils représentent des gouffres pour les ressources en terrain, électricité, eau et matériaux rares. En comparaison, le stockage à l’échelle moléculaire sur un polymère tel que l’ADN, permettrait une densité supérieure d’un facteur 10 millions, une conservation prolongée d’un facteur 10 mille sans recopie périodique, pour une consommation électrique divisée par plus de mille. En effet, l'ADN est stable à température ordinaire durant plusieurs millénaires et il peut être aisément dupliqué ou volontairement détruit. Les technologies requises existent. Cependant, pour devenir viables pour l'archivage de l'information, ces technologies nécessitent encore des progrès qui pourraient voir le jour sous 5 à 20 ans. 

Cette journée rassemblera des experts en biologie, chimie et informatique pour discuter des verrous du domaine.

Retrouvez toutes les informations ici : Livret_ADN_26_10.pdf

PROGRAMME_INGE_SANTE_2610_EnLigne_V2_2.gifPROGRAMME_INGE_SANTE_2610_EnLigne_V2_3.gif

Personnes connectées : 1